Retraites : Tou·te·s en GREVE le 5 décembre

jeudi 7 novembre 2019
par  SUD Éducation 03

Toutes et tous en grève dès le 5 décembre

Pour le droit à la retraite

Tract SUD éducation -GREVE du 5 décembre - Retraites

Que vous soyez syndiqué·es à la CFDT, à l’UNSA, à FO, à la CGT, à la FSU, au SNALC ou à SUD éducation, ou que vous ne soyez pas ou plus syndiqué-e-s, que vous soyez nouveau dans l’éducation, en milieu de carrière ou plus près de la retraite, la réforme des retraites que prépare le gouvernement vous obligera, si elle s’applique, à travailler plus longtemps et dans tous les cas, elle diminuera le montant de toutes les pensions. Nous sommes toutes et tous concernés. Ensemble, tous les personnels de l’éducation nationale, avec l’ensemble du monde du travail, nous pouvons faire reculer ce gouvernement qui prétend casser le système de retraite solidaire pour favoriser les systèmes par capitalisation et nous appauvrir tou·te·s.

Manifestations 10h30

Montluçon, place Jean Dormoy Moulins, Place d’Allier Vichy, place de la Poste

 ! Soyons nombreux.ses en AG pour décider des suites rapides à donner à cette grève !


Contre la baisse des pensions et l’allongement de la durée de vie au travail

Retrait immédiat du rapport Macron-Delevoy

Macron et ceux qui le soutiennent veulent imposer un régime de retraite prétendument universel en remplacement de tous les régimes existants. Ce régime par points conduirait à une baisse généralisée des pensions d’autant que le montant du point serait réévalué par le gouvernement chaque année.

Dans le secteur public, les mobilisations de 2003 et 2010 ont permis aux fonctionnaires de conserver un calcul de leur retraite correspondant à 75% du montant mensuel de leur salaire des six derniers mois d’activité. Cette mesure n’est en aucun cas un privilège. A qualification égale, la pension d’un fonctionnaire n’est pas supérieure à celle d’un salarié du privé. La réforme Macron prendrait en compte l’ensemble de la carrière dans le public comme dans le secteur privé. Cela tirerait mécaniquement toutes les pensions vers le bas. Cet effet serait, nous dit-on, modulé par la prise en compte des primes dans le calcul du montant de la pension.

Dans l’éducation nationale, les primes sont moindres. Sans les enseignants, le taux de prime dans la fonction publique d’état atteint 30% du revenu. Pour les enseignants, ce taux se situe en moyenne à 12% du salaire, il est du même ordre pour les autres personnels de l’éducation nationale.

Malgré les déclarations de Blanquer à la rentrée, le gouvernement n’arrive pas à cacher que sa réforme, dans l’éducation nationale, amputerait les retraites de plusieurs centaines d’euros. Les récentes promesses de « revalorisation », qu’elles viennent de Blanquer, Delevoye ou Macron visent seulement à diviser les agents, pour que l’éducation nationale ne se mobilise pas massivement contre la réforme et tente de jouer sa propre carte…

SUD éducation revendique avec Solidaires

• Le retrait du projet de retraite universelle à points
• Départ à 60 ans, à 55 ans pour les métiers pénibles, pas de recul sur les droits acquis.
• Maintien des régimes existants et du code des pensions
• Un taux de remplacement à 75 % du dernier indice
• Une durée de cotisation de 37 ans et demi, la prise en compte des années de formation
• Pas de pension inférieure au SMIC

A la RATP et à la SNCF, la reconduction de la grève sera à l’ordre du jour. Nous appelons les personnels à multiplier les réunions pour préparer la grève, échanger sur les suites immédiates à lui donner et à préparer un mouvement d’ampleur pour s’opposer à cette attaque.