Les plus précaires, les sans- abris, les étrangers seuls ou en famille, les jeunes isolés sont en grande vulnérabilité.

samedi 21 mars 2020
par  SUD Education 03

Lettre ouverte à Madame la Préfète de l’Allier et à Monsieur le Président du Conseil Départemental

Face à la crise sanitaire, les institutions ont la responsabilité de protéger chacun avec la mise en place des mesures sanitaires et d’hygiène nécessaires pour faire face au COVID 19.
Les plus précaires, les sans- abris, les étrangers seuls ou en famille, les jeunes isolés sont en grande vulnérabilité.
Aussi nous vous demandons au nom de nos associations et en respect de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et celle des Droits de l’Homme, de mettre en place pour ces personnes des dispositions qui les protègent.

  • 1 Les mesures d’accompagnement de ce confinement doivent tenir compte des particularités, surtout de celles des plus vulnérables.
  • 2 NOUS VOUS DEMANDONS IMPERATIVEMENT d’attribuer AU PLUS VITE un hébergement pour les personnes aujourd’hui sans solution pérenne, quelle que soit leur situation administrative, et permettre leur accompagnement médico-social. Depuis plusieurs années, associations et collectifs alertent les institutions sur ces situations.
    Des centaines de logements sociaux sont vides dans notre département. Leur réquisition est tout à fait possible.
  • 3 Dans l’Allier le 115 semble depuis quelques jours ne plus faire « tourner » chaque semaine dans les 3 villes MOULINS, MONTLUCON, VICHY des personnes, étrangères ou françaises, et ne plus les contraindre à rester dehors la journée. C’était en effet totalement contraire aux mesures de confinement mais des personnes fragiles sont sorties de ces dispositifs.
    Cette population doit faire face non seulement à une présence policière accrue, à des dispersions, à des contrôles, à des évacuations, à une absence de prise en charge juridique et sociale, mais aussi désormais à l’épidémie de Covid-19.
  • 4 Il faut une mise en place de distributions alimentaires par les pouvoirs publics pour pallier le fait que les associations ne peuvent plus poursuivre leur action dans ce domaine. On ne peut laisser des personnes, surtout avec des enfants, dans une chambre exigüe sans aucune solution pour préparer de la nourriture et prendre des repas.
    Les étrangers sans droit au travail doivent disposer d’un minimum de ressources financières pour pouvoir faire face aux mesures de confinement demandées. Les chèques d’accompagnement personnalisé par les services sociaux du Conseil Départemental pour jeunes et familles sont absolument nécessaires.
  • 5 Les jeunes isolés étrangers mineurs ou juste majeurs ne doivent pas être mis hors de leur hébergement, quelles que soient les étapes du déroulé des procédures administratives.
    TOUS les élèves scolarisés doivent avoir accès au matériel informatique nécessaire à l’école à la maison ou aux Environnements Numériques de Travail des collèges et lycées.
  • 6 NOUS VOUS DEMANDONS IMPERATIVEMENT DE NE PRENDRE aucune décision de mise en centre de rétention administrative totalement inadapté aux protections antivirales, Aucune expulsion ne peut être envisagée.
  • 7 NOUS VOUS DEMANDONS DE CONTRIBUER A FAIRE suspendre les mesures gouvernementales restrictives concernant l’aide médicale d’État et le délai de carence pour les demandeurs d’asile.

Associations signataires qui sont dans la même démarche nationale et locale :
Acat, Amnesty, Gisti, CGT éducation, Cimade, Collectif solidarité exil, Croix Rouge, Emmaüs, FSU, LDH , Mrap, Pas sans toit Moulins, RESF, Réseau Vichy solidaire, Secours Catholique, Secours Populaire, SUD éducation, Union syndicale Solidaires, UTR CFDT