Évaluations nationales : résistons collectivement !

dimanche 8 septembre 2019
par  SUD Education 03

Évaluations nationales : résistons collectivement !

Le ministre bafoue la liberté pédagogique …

Il prétend que des évaluations nationales corrigées automatiquement permettraient de cerner au plus près les besoins de chaque élève afin de leur apporter une aide personnalisée. Au contraire, ces évaluations sont mal conçues : des exercices trop longs, piégeux et incohérents avec le niveau pouvant être attendu des élèves.

Elles ne sont donc pas un outil au service des enseignant·es et de leurs élèves. Ces évaluations remettent en cause les compétences professionnelles des enseignant-e-s en les considérant comme de simples exécutants. Elles constituent aussi une perte de temps et mettent les élèves en difficulté. Imposer un tel dispositif est en contradiction avec les principes qui fondent l’engagement professionnel de nombreux·ses enseignant·es. En ce sens il est source de souffrance au travail.

… et veut « contrôler ses ressources humaines ».

Ces évaluations ne constituent en rien une aide pertinente pour enseigner mais démontrent la volonté ministérielle de mettre au pas les enseignant-e-s. Nous l’avons mesuré l’année dernière : ces évaluations sont utilisées par le ministère pour justifier ses orientations et renforcer son contrôle sur les personnels. C’est dans la remontée des réponses que se dévoile le danger de ces évaluations. Derrière un discours prétendument scientifique, le ministre entend normer les pratiques pédagogiques. Les résultats ne serviront ni aux élèves ni aux enseignant·e·s. Ils serviront, surtout, en novlangue, à “accompagner et piloter” : c’est-à-dire à contrôler davantage. On voit là le lien avec les animations pédagogiques présentées comme obligatoires et centrées sur les seuls “apprentissages fondamentaux”.
On peut aussi craindre que la fameuse question du « mérite » dépende entre autre de ces évaluations avec un impact sur les carrières.

Contre cette vision managériale de l’école, SUD éducation revendique :

• des moyens pour une école ouverte à tou·te·s, qui ne cherche pas la mise en concurrence tous azimuts et favorise l’émancipation.

Pour le respect de la liberté pédagogique :

• une formation continue, sur le temps de service, répondant aux besoins des personnels.

Résistons collectivement aux évaluations

Pour toutes les raisons évoquée, nous appelons les équipes à débattre ensemble du refus :
• de faire passer les évaluations telles quelles,
• de faire remonter les résultats.

Pour ne pas rester isolé·e·s, informez-nous de vos décisions pour que nous puissions avoir une vue plus large de la contestation et vous soutenir le cas échéant.

Pour alimenter le débat, SUD éducation propose des extraits des évaluations CP et CE1 pour faire la preuve, qu’en plus d’être une surcharge de travail et une volonté de contrôle des enseignant-es, ces évaluations ne sont en aucun cas un outil pertinent professionnellement. Elles mettront les élèves et les enseignant·es en difficultés.
Notre contestation est didactique, pédagogique et syndicale.