Ecole hors contrat "alternative", libéralisme éducatif … Contre l’école publique

dimanche 16 mai 2021
par  SUD éducation 03

Nous avons appris par un article de la La Montagne de Vichy qu’un projet d’école hors contrat de type Montessori existait pour la rentrée prochaine à Bellerive-sur-Allier.

Dans cet article, nous découvrons le coût de la scolarisation : 350€/mois sur 12 mois par enfant. Cette somme en dit déjà beaucoup sur la ségrégation par l’argent pour pouvoir inscrire un·e enfant dans ce type de lieu.
Pour une rentrée prévue en septembre prochain, il n’y a toujours pas d’enseignant·e, ni d’intervenant·e pour l’anglais pourtant présenté comme essentiel.

Le projet d’école hors contrat à Bellerive-sur-Allier se prétend inspiré par Montessori et Freinet, entretenant ainsi une confusion entre les deux pédagogues. Nous proposons cet article du site Questions de classe(s) qui revient sur ce que disait justement Célestin Freinet de Maria Montessori (et cela même avant le business qui fait le beurre de maisons d’édition et autres boutiques spécialisées).

Le projet est justifié par ses initiatrices par une meilleure prise en compte des besoins des élèves, une plus grande attention portée au enfants et aux familles… et cela en opposition à l’Ecole publique.

Notons tout de même que beaucoup plus d’élèves connaissent des pratiques pédagogiques de type Freinet/coopérative dans l’enseignement public. Tout simplement parce que des enseignant·es les pratiquent.

En effet, ce type d’écoles n’est pas tant une "alternative pédagogique" qu’une alternative à l’école publique.

A ce sujet, nous partageons à nouveau cet entretien de notre camarade Alain Chevarin de Sud éducation 63 03.

Nous ne nions pas les difficultés qui existent dans l’Ecole publique du fait des politiques éducative des gouvernements (comme syndicat, nous y sommes confrontés au quotidien), nous y connaissons aussi les nombreuses résistances et constatons le "don de soi" des personnels.

Nous considérons avant tout que l’Education, comme droit, justifie un service public, seul à même d’assurer l’égalité et non des sortes d’officines éducatives (fussent-elles minoritaires) qui relèvent d’une logique libérale, du chacun pour soi.

A SUD éducation, nous défendons l’école pour tous et toutes, c’est-à-dire l’école publique qui, parce qu’elle accueille tous les élèves, peut être le lieu du commun !