Compte rendu des groupes de travail et de la CAPD du 30 janvier 2018

lundi 5 février 2018
par  SUD Education 03

Pour des raisons éthiques nous ne diffusons aucune informations nominatives publiquement.
Nous restons évidemment disponibles pour répondre à vos interrogations : allier@sudeducation.org / 06 12 15 24 36

Pas mal de travail ce mardi avec un 1er groupe de travail, une CAPD et un 2nd groupe de travail dans la foulée. Tout cela de 9h à 15h30.

Groupe travail préparatoire à la CAPD

Les bonifications de 800 points au titre de la reconnaissance de travailleur handicapé pour les permutations sont attribués à 4 collègues : 1 pour le Cantal, 1 pour la Haute Loire et 2 pour le Puy de Dôme.

Plusieurs erreurs de barème ont pu être corrigées.

CAPD

  • Liste aptitude directeur école.

40 candidatures au total :

- 1 candidature non recevable

- 10 candidates dispensées d’entretien : enseignantes faisant fonction de directeur en 2017-2018. Ces enseignantes ont toutes obtenu un avis favorable de leur IEN de circonscription.

- 29 candidats convoqués à un entretien :
21 ont obtenu un avis favorable de leur IEN de circonscription,
5 ont obtenu un avis réservé de leur IEN de circonscription,
3 n’ont pas obtenu d’avis

5 enseignants ne se sont pas présentés à l’entretien

21 candidats ont obtenu un avis favorable de la commission départementale.
3 candidats ont obtenu un avis défavorable de la commission départementale,dont 1 qui avait pourtant un avis favorable de son IEN. Cela amène à réfléchir sur la formation et le suivi des faisant fonctions et des chargés d’école.

En bref : 31 enseignants sont inscrits sur la liste d’aptitude à l’emploi de directeur d’école à la rentrée 2018.

  • 4 bonifications de 800pts validés : voir au-dessus
  • Mouvement interdépartemental (permutations) en quelques chiffres :

- 15 demandes invalidées, 2 annulations
- 171 demandes recevables (+6 par rapport à l’an dernier)
- 130 => 63 (89 rapprochements 2 rqth, 41 convenances)
- 12 => 43 (7 rapprochements dont 1 rqth 5 convenances)
- 3 => 15 ( 2 rapprochements 1convenance)
- 26 hors académie : 11 rapprochements et 15 convenances dont 1 rqth
- 2 demandes liées
- 2 annulées sur demande

  • Questions diverses :

Etat des lieux des besoins ASH ?

Pas de réponse à ce stade, en attente des mesures de carte scolaire.

Absence de fléchage pour les postes ASH pour le mouvement ?

Le nouveau diplôme (CAPEI) n’est plus scindé en option comme le CAPASH.
SUD éducation estime qu’il faut faire confiance aux collègues dans leurs choix au mouvement.

Point sur les élèves sans AESH ?

17 élèves non accompagnés (13 écoles, 4 collèges) 11cv en attente.
Le délai d’1 mois 1/2 pour recruter (éviter les erreurs de recrutement) est difficilement compressible.
Pour le DASEN la « décentralisation » collège-école est un problème. Il évoque l’idée de se calquer sur le modèle du service civique (départementalisé).
CUI rattaché sur un site (pas modifiable en cours d’année, l’ aesh doit donc rester sur site d’affectation même si l’élève à suivre ne s’y trouve plus) .

Pour SUD éducation c’est la précarité des personnels ainsi que la manque d’ambition de l’Education nationale pour l’école inclusive qui se dévoilent encore une fois.

La MDPH rencontre des difficultés pour traiter le nombre de dossiers (1780 dossiers traités dans l’Allier). Des créations de postes d’enseignants référents supplémentaires seraient nécessaires.

Plusieurs réflexions en cours : simplification des traitements (notamment les renouvellements), MDPH devient MDA les dossiers enfants sont désormais regroupés et séparés de ceux des adultes.
Il y a une augmentation des notifications et surtout des demandes d’accompagnement humain plus que matériel.

Motif des refus de demande de formation nationale ?

Pas d’éléments pour classer les demandes, visibilité faible sur les raisons de ces formations et situations de tension sur le remplacement.

SUD éducation a proposé au DASEN de ne plus faire preuve d’hypocrisie et de cesser définitivement de proposer ces formations puisqu’elles ne sont jamais octroyées. Surtout, et moins ironiquement, nous avons dénoncé les moyens de remplacement limités pénalisant les demandes de formation.

Point sur les remplacements.

Il y a des tensions depuis décembre (surtout sur Moulins), les BFC sont déjà utilisées car leur planning annualisé est prévu pour cela. En clair, les moyens de remplacements pour formation n’existent pas une partie de l’année.
La situation est meilleure sur Montluçon où il y a eu des créations de postes de brigades. CQFD !

Utilisation des Brigades.

19 congés maternité + 19 congés longue maladie + 10 mi-temps thérapeutique + 4 congés longues durées + 3 congés parentaux = 36 % des 136 remplaçants.

Le DASEN a comme ambition de créer des postes… mais cela se fera à budget constant.

Services civiques.

Pas d’indemnité pour l’aide aux devoirs si elle est sur leur temps de mission.
La formation sera assurée par la Ligue et GRETA (indemnité intégrée des frais de bouche) et en fonction des situations (RSA ou boursier), les indemnités seront différentes.
Les Services civiques sont pressentis pour le dispositif devoirs fait (=> attention à vérifier leurs heures qu’ils ne travaillent pas bénévolement sans le vouloir).

Places au concours PE.

95 postes pour l’académie, soit 20 places de moins que l’an dernier.

Groupe de travail post CAPD

  • Education prioritaire et classe exceptionnelle.

Les collègues ayant exercé dans les anciens dispositifs REP avant 2015, ou en RRS et en RAR ne sont finalement pas éligibles au 1er vivier de la classe exceptionnelle.

SUD éducation a critiqué la classe exceptionnelle qui est forcément injuste et qui n’est qu’une vue managériale qui divise les personnels sur un soi disant « mérite ».
Nous dénonçons l’amateurisme du ministère qui change les règles en cours de jeu et revendiquons l’accès au dernier échelon de la hors classe pour toutes et tous.

  • Barème pour les EXEAT.

Cette été, 5 départs par EXEAT ont eu lieu vers le 63. SUD éducation avait alors défendu l’idée que le barème devait primé car, même imparfait, il restait l’outil le plus transparent. Cette option avait alors été choisi pour 3 collègues.

Dans le cadre de la CAPD, SUD éducation a proposé de rester sur l’idée d’un barème (cf.argument ci-dessus) et de l’adapter aux problématiques de l’Allier, soit de valoriser davantage les renouvellements de demande et de déplafonner le nombre d’années de séparation de conjoint.

S’il reste encore des points à trancher, ces deux derniers que nous avons défendus ont été retenus.
Ils permettront ainsi de mieux prendre en compte les particularités des demandes de mutations (notamment vers le 63) tout en restant dans un cadre clair.

  • Circulaire mouvement

Il n’y aura pas de bonifications pour les collègues faisant fonction de directeur qui remplacent des directeurs laissant leur poste. Nous regrettons vivement que des promesses intenables (hors du cadre réglementaire) aient été formulées auprès de collègues qui ont assuré le travail de direction et doivent désormais tout de même participé au mouvement contrairement à ce qui leur avait été dit.
En effet, un poste qui n’est jamais paru au mouvement ne peut pas être « réservé ».

  • Postes à profils et mesure de carte scolaire

Nous dénonçons la logique des postes à profils qui relève du recrutement « tendance DRH », plutôt que de l’égalité dans les phase de mutation. A titre d’exemple, nous considérons par exemple que le travail d’équipe est une compétence professionnelle et non un supplément de qualité que des jurys pourraient repérer pour des mutations. Logiquement, nous demandons la suppression du profilage des postes qui posent chaque année des questions.

Concernant la suppression d’un poste pour lequel le recrutement s’est fait sur profil, il est considéré indépendamment des équipes : ce n’est pas le moins ancien de l’école qui part, mais bien le collègue nommé sur le poste à profil.


Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois