Compte-rendu de l’audience avec la DASEN DU 02/02/2021

mardi 23 février 2021
par  SUD Education 03

Syndicats présents : SUD éducation, CGT, FSU et UNSA.

PROTOCOLE SANITAIRE

Les représentant-es syndicaux-ales ont exprimé leur regret d’apprendre la parution d’un nouveau protocole par voie de presse plutôt que par leur hiérarchie.
Réponse en a été faite qu’il était en ligne sur le site du ministère depuis le 1er février et qu’il a été envoyé ce jour aux écoles.

1/ Le brassage

Différents points de ce nouveau protocole ont été évoqués mais la DASEN rappelle que la règle reste d’appliquer la distanciation et le non brassage tant que cela est possible. Seul le brassage pendant le temps de restauration est interdit. Elle répond aux OS qu’en cas de non-remplacement, l’accueil des élèves dans les classes des collègues est donc possible.

2/ Les masques

Une nouveauté de ce protocole concerne également les masques. Ils sont obligatoirement chirurgicaux ou de type 1 pour les enseignant(e)s mais ce ne sont que des recommandations en ce qui concerne les élèves. Ils-elles ont le droit de continuer à porter des masques « faits maison » ou autres que type 1.
Mr Martin assure que de nouveaux masques vont être fournis à tous les personnels (AESH, PE, brigade, etc…) à la rentrée des vacances d’hiver. Il s’agit de lots de 6, lavables 50 fois. Il insiste sur le fait que les brigades et les AESH doivent récupérer ces masques dans leur école de rattachement.
En cas de difficultés, il faudra faire remonter aux services de la DSDEN. Nous savons que des collègues ont fait remonter des besoins, notamment par des fiches SST, et qu’ils n’ont pas reçu de réponse.
Les masques pour les enfants ont aussi été évoqués. Ainsi, nous avons reçu des dotations en masques pour les élèves dans les écoles afin d’en avoir à disposition en cas d’isolement d’un cas suspect, d’oubli ou pour fournir les enfants des milieux les plus défavorisés.
SUD éducation évoque le problème de certaines écoles qui n’ont pas de stocks suffisants pour subvenir aux besoins pour les élèves et demande s’il y aura de nouvelles dotations (masques jetables par exemple).
M. Martin affirme que les masques pour enfants ont été distribués en grande quantité et s’étonne que leur nombre puisse être insuffisant puisqu’il ne s’agit que de masques de dépannage. Il reconnaît tout de même que les besoins ne sont peut être pas les mêmes selon les écoles et les publics accueillis. Il envisage une mutualisation des masques entre les écoles qui en ont trop et celles qui en ont besoin dans un premier temps avant d’évaluer de potentiels besoins supplémentaires.

AESH et PPMS

Le rattrapage de la revalorisation salariale des AESH ne fait pas encore l’objet d’un calendrier.

M. Martin informe que la DSDEN est en attente d’arbitrages académiques au sujet du compte de formation personnel des AESH et des AED. Ils-elles en seraient privé-e-s cette année mais pourraient en bénéficier au compte-gouttes l’an prochain.

M. Martin nous informe que la parution des risques spécifiques encourus par les AESH dans le DUER n’est pas à l’ordre du jour et que la priorité départementale actuelle concerne la rédaction ou la mise à jour des PPMS dans les écoles. Les directeurs-trices d’école sont accompagné-e-s par le référent sûreté dans cette démarche. L’exercice de PPMS départemental a notamment mis en lumière des problèmes.
Les syndicats évoquent les soucis de transmission de l’alerte qui ne peut pas fonctionner correctement en se basant sur la seule réception d’un SMS sur un téléphone personnel. De plus, le message renvoyé vers un lien qui ne fonctionnait pas.
SUD éducation rappelle que ce moyen de communication devrait être professionnel et non personnel. Nous rappelons que c’est l‘employeur, et donc la DASEN, qui est responsable du PPMS et du DUER.

PRATIQUES PEDAGOGIQUES

La Dasen nous affirme qu’il n’y a pas d’expérimentation concernant les évaluations en maternelle dans notre département comme cela peut être le cas dans d’autres.
Nous avons échangé sur l’impact de la crise sanitaire sur la santé mais aussi les pratiques pédagogiques des enseignant-e-s.
M. Douchet dresse un constat autour des pratiques : les PE s’autoriseraient moins de choses, les domaines dits « fondamentaux » seraient privilégiés au détriment des autres, la crise sanitaire auraient appris à donner plus d’autonomie aux élèves.
Il avance que les PE doivent réinvestir tous les domaines puisque les compétences relevant des savoirs fondamentaux sont utilisables et transférables dans toutes les disciplines.
SUD éducation s’étonne de cette vision des choses au regard des propos du ministre et du plan de formation qui impose mathématiques et français en constellations. M. Douchet, soutenu par la DASEN, affirme que c’est la lecture qu’il fait des propos du ministre : à savoir que nous devons intégrer les fondamentaux à toutes nos matières.
La Dasen ajoute qu’elle trouve les évaluations nationales très intéressantes même si elle reconnaît qu’elles font débat. Elle juge qu’elles donnent une lecture du système éducatif utile pour guider les pratiques et aider à comprendre les procédures d’apprentissage de l’élève.
SUD éducation a rappelé son opposition à ce sujet et à cette vision de l’imposition de pratiques pédagogiques.

REMPLACEMENTS

Les "contractuel.les Covid" de l’Allier sont embauché-e-s jusqu’au 5 février. Mme la DASEN n’a, pour l’heure, pas d’information sur une potentielle reconduction des contrats au vu de la crise sanitaire.
Sud éducation évoque le cas des brigades et de leurs conditions de travail en alertant sur des situations anormales à répétition, comme la multiplication des journées avec un remplacement le matin puis un autre l’après-midi en consacrant la pause déjeuner au trajet. Mme la Dasen assure que ces cas seront limités le plus possible.
Le problème du bassin de Vichy est évoqué au sujet des brigades car il constitue un cas particulier dans l’Allier. La DSDEN essaie d’avoir un usage optimisé des brigades.

ORGANISATION DES LYCEES

SUD éducation demande à Mme la DASEN si elle a un état des lieux des organisations choisies dans le département puisqu’il n’y a pas de cadrage national.
Elle répond que les plus gros établissements dispensent un enseignement hybride mais reconnaît que chaque établissement a un fonctionnement propre et différent d’un autre.
SUD éducation alerte sur le fait que cela crée encore plus d’inégalités entre les établissements mais aussi entre les élèves. Mme la DASEN évoque la possibilité d’un présentiel permanent pour les élèves en difficulté numérique et que la voie professionnelle est préservée du distanciel autant que possible. Sud éducation dénonce malgré tout des privilèges réservés à certaines filières telles que les classes préparatoires en présentiel en permanence. Elle affirme qu’au niveau départemental la priorité a été demandée sur les classes de Terminale. Elle assure que chaque établissement a mis en place une analyse pédagogique poussée avant de choisir son fonctionnement.
Elle conclut en nous faisant part d’une réflexion à mener avec la crise sanitaire, de son point de vue sur ce qu’est le lycée, au regard de ce qu’il a été dans le passé… à savoir un espace consacré au renforcement de l’autonomie avec peu d’heures en présentiel.
On voit la volonté de profiter des effets de la crise sanitaire pour justifier/imposer de potentielles futures réformes libérales. Au contraire, nous défendons l’autonomie des élèves dans le cadre d’un lycée pour toutes et tous.

Une autre réunion est prévue le 2 mars prochain.