Compte-rendu des "négociations préalables" du 15 janvier 2019 avec l’Inspection académique

samedi 19 janvier 2019
par  SUD Education 03

Suite au préavis de grève que SUD Education 63-03 a déposé le 8 janvier 2019, M. GAUCHER et M. BULF ont été reçus par M. BENHARA, Secrétaire Général du DASEN et M. VIAL, IEN Conseiller technique chargé du 1er degré.

Nous avons d’abord tenu faire remarquer que nous n’avions pas reçu au préalable les documents nécessaires pour préparer cet entretien, en particulier le projet de carte scolaire pour le 1er degré pour la rentrée 2019. Il nous a été répondu que seuls les Syndicats siégeant au CTSD était en mesure de les avoir, et qu’en plus celui-ci n’avait encore eu lieu. Puis, après accord du DASEN, ces documents nous serons tout de même transmis ultérieurement. Pourtant le décret portant sur les négociations liées à un dépôt de préavis de grève indique bien que les documents utiles à ces dernières doivent être communiqués. Donc acte.

Nous avons donc questionné MM. BENHARA et VIAL à partir des éléments dont nous disposions (remontés des collègues), en particulier :

● l’Ecole Paul Lafargue Maternelle à Montluçon.
M. VIAL confirme la fermeture d’un poste, conséquence de l’effectif prévisionnel bien en dessous du seuil (93 pour 108 sur 5 classes), et ce malgré la spécificité du groupe scolaire qui fait partie du Pôle Sourds de Montluçon. Lorsque nous l’avons fait remarquer, il nous a été répondu que « l’inclusion était en effet une priorité pour l’Education Nationale » … Comme nous le dénonçons depuis longtemps, l’école inclusive est un changement de paradigme (que nous défendons) mais que l’administration prétend appliquer sans s’en donner les moyens et se repose sur le seul don de soi des personnels.

● Les écoles de Domérat.
M. VIAL confirme le risque de fermeture qui avait émis sur 3 des écoles de Domérat, en particulier la Maternelle Dolto. Mais du fait de l’importance des travaux d’agrandissement menés par la municipalité, l’IA laisse 1 année à l’école pour regonfler ces effectifs.

M. VIAL nous a ensuite donné quelques points plus larges sur les mesures de carte scolaire à venir :

● Le « +0 » poste correspond à l’équilibre suivant : 19 ouvertures /16 fermetures et 3 suppressions de « plus de maîtres que de classes »

● Parmi les ouvertures, 2 créations de Psy RASED, 1 sur Montluçon + 1 sur Moulins. Ce geste répond à une réalité mais nous sommes très loin des besoins.

● Une vigilance particulière sur les effectifs des CP et CE1 de REP et REP+ afin de limiter le nombre de dédoublements et de récupérer des postes de brigades.

● « Préservation » d’une trentaine de postes qui sont sous les seuils de fermeture mais à 2 ou 3 élèves seulement.

● Pas d’infos sur les établissements du secondaire. Mais nous savons déjà que ce seront, en Auvergne, - 41,5 en collèges, - 34,5 en lycées, - 6 en lycées professionnels et -16 pour les personnels administratifs.

M. BENHARA a conclu l’entretien en nous demandant si nous maintenions notre préavis et en nous rappelant qu’aux vues des baisses d’effectifs dans le département passées et à venir, le maintien du nombre global de poste était la démonstration « du regard bienveillant porté par le ministère sur les territoires ».

Au contraire, nous considérons que comme près de la moitié des académies, un solde de 0 postes ne répond en rien au enjeux de notre quotidien professionnel.

Nous continuons à défendre les besoins de créations de postes pour qu’il y ait moins d’élèves par classes, plus de personnels spécialisés, de remplaçant, de moyens pour la formation continue.

Réfléchissons par l’absurde avec la même logique de moyenne et de chiffres qu’un ministères : perdre 300 élèves de primaire, c’est seulement perdre 1 élève par classe.

La baisse du nombre d’élèves doit servir à un meilleur encadrement alors, malgré la pointe d’optimisme du secrétaire général, nous maintenons notre préavis de grève pour permettre aux collègues de se mobiliser.


Projet de créations/suppressions de postes le 15/01/19 :