4 avril, la mobilisation continue

jeudi 4 avril 2019
par  SUD Education 03

Le 4 avril, encore une fois, la grève contre les réformes Blanquer a été bien suivie malgré un délai de préparation et d’information réduit.

En assemblées générales, dans les 3 villes de l’Allier, 40 grévistes ont pu échanger et ont décidé :

  • d’organiser des réunions publiques d’information à destination des personnels, des parents et des élus,
  • de manifester le 1er mai et de se réunir en AG départementale
  • d’être en grève avec la fonction publique le 9 mai.

SUD éducation a participé à la délégation reçue par le DASEN de l’Allier. Quelques éléments ressortent de cet échange :

  • l’éducation nationale, comme la fonction publique, est sous le coup de "la réduction d’emploi". Ce qui est présenté comme une nécessité relève bien d’un choix politique qui affaiblit les biens communs au profit de quelques uns. Et au final, il y aurait de plus en plus de contractuels…
  • Sur les établissement publics des savoirs fondamentaux (EPSF) : contrairement à ce que dit le ministre qui voudrait faire croire qu’il n’y aura rien sans consensus (on se souvient du consensus pour les rythmes scolaires), il y a beaucoup de réflexions et de projets en cours pour rapprocher écoles et collèges. Le DASEN parle de Cérilly ou encore de Jaligny en concentrant les élèves de CM du secteur dans la seule école de Jaligny. Clairement, l’amendement créant les EPSF, ne sera pas une simple coquille vide.
  • Sur le devoir d’exemplarité : nous nous sommes opposés au DASEN sur la conception qu’il défendait du "devoir de réserve" . Nous avons rappelé que ce dernier n’existait pas (sauf pour les fonctionnaire d’autorité). Il en convient mais… Cette aspect est tout sauf anecdotique : un fonctionnaire ne pourrait rien dire contre son institution même hors du cadre professionnel. Ce qui est écrit dans l’article 1 de la loi et donc largement dans la tête de notre hiérarchie : se donner les moyens de contrer toute opposition quitte à renier les droits de citoyen.nes des fonctionnaires. Cette militarisation est plus qu’inquiétante et le terme d’école de la confiance est digne de 1984 d’Orwell.
  • les reformes en cours ont été présenté par la DASEN comme devant répondre aux inégalités que renforcent l’Ecole. Nous lui avons opposé que les reformes du lycée et du bac ou encore parcours sup, renvoyaient chacun à la construction de son parcours de réussite et/ou d’échec. L’Education nationale n’est donc plus garante de l’égalité du droit à l’éducation. Cela ne va pas dans le sens des évolutions nécessaires pour une école plus démocratique.

Et maintenant ? Et nationalement

Plus largement, la mobilisation prend de l’ampleur et a le soutien de la population. La récente propagande orchestrée par le ministère, qui se sent tenu de se justifier et de tenter de rassurer les personnels, montrent qu’il est aux abois. Le mail envoyé par le ministre vendredi 29 mars est éloquent à cet égard.

Des Assemblées générales ont rassemblé parfois des centaines de personnels et ont adopté des reconductions de la grève. SUD éducation soutient les actions décidées par les AG de grévistes, et appelle à les amplifier

SUD éducation proposera, dès la prochaine intersyndicale nationale, de nouvelles journées de grève à la plus brève échéance possible dans la perspective de la construction de la grève reconductible, pour permettre aux personnels d’amplifier la mobilisation dans l’objectif d’obtenir l’abrogation de la loi Blanquer.


Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois