2ème journée de pré-rentrée 2016 : pas obligatoire.

mercredi 13 juillet 2016
par  SUD Education 03

Il aura fallu attendre le mardi 5 juillet, 14h11, pour recevoir, dans les écoles, un mail cherchant à imposer une deuxième journée de pré-rentrée.

Pour mettre en œuvre la loi de refondation de l’école, souvent contestée (rythmes, réformes du collège, etc.), et pas financée (on attend les 60000 créations de postes qui correspondaient tout juste à la hausse démographique !), il faudrait venir travailler le 30 août ou avant les vacances d’automne.

Et pour rajouter du contrôle : les directeurs "veilleront à informer les inspecteurs du calendrier".

Pourtant, voilà ce qui est écrit sur le site du ministère : "Pour les enseignants, deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, pourront être dégagées, durant l’année scolaire, afin de permettre des temps de réflexion et de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques" (arrêté 2015).

Le verbe a donc changé depuis l’an dernier : "Deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, seront dégagées, avant les vacances de la Toussaint, afin de permettre de prolonger la réflexion engagée lors de la journée de prérentrée" (arrêté 2014).

Donc sur la forme, rien ne peut être exigé !

Sur le fond :

A SUD éducation, nous considérons que d’exiger une journée de pré-rentrée supplémentaire alors que les enseignants vont travailler cet été pour préparer l’année prochaine, notamment sur les nouveaux programmes démontre un certain mépris et une volonté de mis au pas.

Du mépris car cette journée demandée à déjà été travaillée par la plupart rien qu’en ce début de mois de juillet, et le sera largement par tous à la fin du mois d’août…

De plus, il fallait oser cette exigence à la fin d’une année scolaire marquée par les dysfonctionnements en terme de formation avec de nombreux stages annulés ou reportés, l’imposition de 9h de M@gistère (pourtant non obligatoire), BFC devenus brigades ou encore l’absence de réunion sur le plan académique de formation.

Si le ministère, les rectorats et les IA voulaient réellement refonder l’Ecole, ce serait une vraie politique de formation continue qu’ils mettraient en œuvre.
Au lieu de cela, il y a des courriers caporalisants et en dehors des règles le jour des vacances…
On voit concrètement au se trouve l’immobilisme !

SUD éducation appelle les collègues à ne rien renvoyer aux IEN et à considérer que la réflexion en équipe relève des temps de concertation.

SUD éducation revendique une formation continue sur le temps de service, de qualité et en adéquation avec les attentes du terrain.


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois