Déclaration liminaire de SUD éducation, CTSD Allier du 8 avril 2014

mardi 8 avril 2014
par  SUD Education 03

Ce comité technique ne se tient qu’en avril car le ministère n’a pas souhaité assumer les effets concrets de l’austérité gouvernementale avant les élections municipales. Ce retard a des conséquences négatives pour les personnels administratifs car les opérations de carte scolaire et du mouvement devront se faire de manière resserrée. Un calendrier resserré précisément, qui pourrait permettre que le CDEN soit tenu avant le CTSD. Le 2d CTSD serait alors, de fait, verrouillé.

Sur les mesures de cartes scolaire dans le 1er degré, nous retenons du groupe de travail du 3 avril que la suppression de 9 postes cette année, auxquels s’ajoutent 2 postes ouverts provisoirement l’an dernier, impactera 18 écoles à la rentrée et ne permettra pas les ouvertures nécessaires dans des écoles à forts effectifs. Et pour les rares ouvertures, il faut bien les qualifier de symboliques. Ajoutons que la redéfinition des RASED en « pôle de ressources de circonscription » ne laisse pas présager de réelles prises en charge des élèves en difficultés et que le dispositif « plus de maîtres que de classes » est bien loin d’une revendication légitime pour un meilleur taux d’encadrement.

Dans le 2nd degré, ce seront des suppressions qui amèneront des classes à près de 30 élèves dans de nombreux endroits et toujours un recours aux heures supplémentaires au lieu de créer des postes.

Les dotations ne suffisent pas à suivre les hausses démographiques. Il est donc impossible d’aller voir dans le détail d’une réalité rurale.

Ces chiffres annoncés confirment que le budget est insuffisant, les créations de postes très inférieures aux besoins et que ce qui prend le nom de « refondation » relève d’un effet de communication.

Avec des effectifs de classe qui ne vont pas diminuer, les situations d’apprentissage ne vont pas s’améliorer pour les élèves, les conditions de travail pour les personnels non plus.

Pour cela, il faudrait un autre budget pour l’éducation nationale, et donc sortir du dogme de l’austérité imposée aux personnels et aux services publics qui laisserait entendre que l’on ferait mieux avec moins.

Depuis 2 ans nous ne voyons pas la fameuse priorité à l’Éducation. La seule priorité que subit l’École, c’est l’austérité !


Documents joints

PDF - 68.7 ko
PDF - 68.7 ko

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois