Déclaration CHS CT académique Clermont Ferrand le 16 juin 2014

mardi 1er juillet 2014
par  SUD Education 03

Le jour de la rentrée 2012, un enseignant en reconversion qui effectuait sa première rentrée dans un lycée du Calvados a mis fin à ces jours. Malgré la gravité des faits, le premier réflexe de l’administration est de nier le moindre lien entre cet acte dramatique et la souffrance au travail que subissait ce collègue.
Presque deux en plus tard, à la suite d’une longue lutte menée par la famille et le syndicat SUD éducation du Calvados, ce suicide est reconnu imputable au service sur décision ministérielle en date du 22 avril 2014. En plus de la rente qui sera versée à la famille, cette reconnaissance nous montre que les personnels doivent poursuivre inlassablement la dénonciation de la dégradation des conditions de travail dans l’Education Nationale en utilisant tous les outils qui existent.

A la rentré 2013, le 1er septembre dernier, c’est un enseignant de STI de l’académie d’Aix-Marseille qui passe à l’acte. Expliquant son geste dans une longue lettre, notre collègue, âgé de 55 ans, expliquait que "le métier tel qu’il est devenu" ne lui était "plus acceptable en conscience". Ce suicide a été reconnu comme imputable au service il y a quelques jours.

Les cas de suicide d’enseignant ne sont malheureusement pas rare mais le versement d’une rente viagère pour un suicide imputé au service est, à notre connaissance, une première dans l’Education Nationale. Cette deuxième reconnaissance nous fait hélas craindre le pire car l’employeur fait toujours la sourde oreille face à des charges de travail qui s’alourdissent d’année en année, face à une hiérarchie qui transmet toute la pression qu’on lui inflige, face à des conditions de travail qui se dégradent.

Combien de suicide le Ministère compte-t-il reconnaître pour la rentrée 2014 ?

Refuser obstinément d’entendre que le projet de désorganisation des rythmes scolaire ne concerne pas les conditions de travail des enseignants est une négation de l’existence même des conditions de travail des enseignants dans l’Education Nationale.

Même si notre employeur ne veut pas entendre qu’il est responsable de la santé des personnels, le syndicat SUD éducation le rappellera inlassablement et accompagnera tous les collègues qui subissent des conditions de travail dégradées. SUD éducation fera tout ce qui est en son pouvoir pour informer les collègues sur la démarche à suivre pour une reconnaissance de leurs problèmes. Par exemple, chacun devra s’emparer des Registres de Santé et Sécurité au Travail et nous renouvelons donc notre demande de permettre la mise en place effective de ce registre dans tous les établissements. De même, les visites médicales de préventions doivent se développer pour tous.
Pour qu’une réelle politique de prévention soit efficace, le rôle des CHS CT doit être conforté et, afin d’éviter les situations dramatiques, des CHS CT de proximités doivent être créés dans chaque collège, chaque lycée, chaque circonscription et chaque service.

Dans l’Education Nationale comme ailleurs, le travail doit s’adapter à l’homme et non l’inverse.


Documents joints

déclarartion CHSCT académique, 16 juin (...)
déclarartion CHSCT académique, 16 juin (...)

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois