Compte rendu rencontre « Avenir des ULIS » au rectorat – Mercredi 25 mai 2016

mardi 31 mai 2016
par  SUD Education 03

Présents pour l’Administration : Mme la Rectrice, Mr Verschaeve : secrétaire Général, Mr Michard : DAFPIC, Mr Bergopsom : DRH, Mr Gautereau : DIPOS, Mr Poux : délégation réussite éducative et égalité des chances, Mr Momiron : conseiller technique handicap pour Mme le Recteur, Mr Touhamia IEN ASH,

Présents pour les OS et les personnels invités : CGT Educ’action (Michel Grangier), FSU (Ugo Trévisiol) , Fo (Frédéric Abrioux), SUD éducation (Christophe Mallaret), UNSA (Franck Pilandon, Bruno Bisson), et les coordinateurs des ULIS lycée et collèges.

Les organisations syndicales avaient sollicité cette rencontre à cause de la circulaire (du 20 aout 2015) qui porte sur le fonctionnement des ULIS collège et lycée de notre académie. Nous avons pu éclaircir plusieurs points importants :

Point 1 :
Mr Momiron et la rectrice affirment que la circulaire sur les ULIS ne correspond pas à une volonté d’imposer l’inclusion dans les classes de CAP à tout prix. Nous avons insisté sur le risque d’interpréter ce texte différemment de la part des proviseurs. Nous sommes pour l’inclusion dans les classes lorsqu’elle est pertinente et profitable pour le jeune mais nous ne devons pas leur imposer un cursus qui pourrait engendrer souffrance et échec. L’inclusion peut aussi plus modestement consister à être dans un établissement ordinaire et cotoyer des élèves "ordinaires" au self, dans les locaux, au CDI etc. Cette vision semble déboucher sur un consensus.

Point 2 :
Nous avons discuter sur la question des moyens et des effectifs de classe car quelques places seront réservés aux élèves du dispositif ULIS dans certains CAP. Silence ou bien mauvaise foi en guise de réponse lorsqu’ont été abordés la baisse des effectifs, des dédoublements afin de prendre correctement en charge ces jeunes et plus globalement tous les élèves. Les heures allouées pour le fonctionnement ULIS (2 équivalent temps plein) se gèrent dans chaque établissement (application de l’autonomie des établissements dixit Gautreau). C’est donc à chacun de mettre en place dans son établissement un rapport de force qui permettra de garder assez d’heures pour les ULIS.
Mr Poux annonce qu’il a déjà été décidé de réduire TOUS les CAP prioritaires recevant des Segpa et ULIS à 12 élèves au lieu de 15(s’il y a deux classes, il n’y aura aucun temps de regroupement collectif). Sur environ 850 places en CAP dans notre académie, il est prévu de réserver 700 places aux Segpa/Ulis « fléchés ». Il devrait y avoir de la place car, actuellement, 450 sont en 3ème Segpa ; or il y a 700 places offertes et 170 Ulis vont sortir des collèges.
Par contre, il est évident que le CAP verra moins de 3èmes « générales » ou « prépa-pro », ce qui pose problème en ce qui concerne ces derniers (public en grandes difficultés scolaires).

Point 3 :
Le financement des projets via le fonds social européen (FSE) vont diminuer et vont avoir un impact sur l’acceptation des projets. Il y a un consensus sur l’idée d’axer sur la mise en œuvre du projet professionnel des jeunes et leur insertion. Le rôle des GRETA et CFAS est primordial mais si les fonds baissent trop, cela va poser de gros soucis.

Point 4 :
Les AESH vont bénéficier d’une VAE afin d’envisager une "cdisation". Cette VAE doit déboucher aussi sur l’obtention d’un diplôme, le DEAE. C’est un diplôme niveau CAP qui sera géré par la jeunesse et sport. Les AESH vont rester encore des employés précaires, mal payés. Des AESH qui passent leur VAE se verront remplacer par des stagiaires qui préparent ce diplôme. Lorsqu’on s’étonne que des personnels précaires mal payés et mal formés seront remplacés gratuitement par des jeunes qui n’auront pas ou peu d’expérience des enfants en situation de handicap et que ce fonctionnement est une drôle de manière d’encadrer ces derniers (dont on ne cesse de dire qu’ils sont une priorité), Mr Momiron répond : « Je ne vois pas où est le problème"…

En bref, nous avons obtenu le statut quo sur le fonctionnement des ULIS (et qui fonctionne pas si mal même si tout n’est pas parfait). La rectrice semble prendre en compte nos remarques et veut organiser deux groupes de travail afin d’enlever les ambiguïtés de la circulaire. Le premier portera sur la clarification des acteurs et de leurs missions alors que le deuxième portera sur les moyens, le fonctionnement plus global.


Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois