Compte-rendu du groupe de travail du 12 décembre 2014 sur l’éducation prioritaire

vendredi 16 janvier 2015
par  SUD Education 03

Informés … mais pas consultés

Un "groupe de travail" CSTD concernant l’évolution de l’éducation prioritaire dans l’Allier s’est tenu à Yzeure le vendredi 12 décembre. Cette réunion rassemblait les représentants des syndicats, des IEN, le coordinateur éducation prioritaire pour l’Allier et la secrétaire générale de l’Inspection Académique. L’Inspecteur d’Académie était absent.
En aucun cas prévu pour permettre aux organisations syndicales de peser sur les décisions finales, ce groupe de travail s’est en fait avéré n’être qu’une réunion d’information destinée à nous rappeler le principe choisi par l’éducation nationale pour sa nouvelle carte de l’éducation prioritaire : la calquer au maximum sur celle de la politique de la ville.

Les représentants des organisations syndicales ont tout de suite soulever le problème des ZEP situées en zones rurales, part non négligeable de l’éducation prioritaire dans notre département.

Il nous a alors été répondu qu’en effet ces zones ne correspondaient pas aux critères définis par la politique de la ville pour le choix des quartiers prioritaires … mais qu’il existait une "souplesse" permettant un décalage de "20%" par rapport à la géographie obtenue par la mise en place de la politique de la ville.

Les décisions quant au choix des établissements bénéficiant des dispositifs liés à l’éducation prioritaire seront prises et annoncées :
pour les REP+, par le ministère de l’éducation nationale
pour les REP, par les rectorats d’académie
Le choix des écoles primaires intégrant ces dispositifs sera fait par concertation entre le rectorat, les DASEN et les IEN. Quid des représentants du personnel ?

Les fameux "critères objectifs" …

Afin de délimiter la nouvelle géographie des quartiers prioritaires, deux critères principaux ont été conservés :
 la densité de population
 le revenu fiscal médian des habitants du quartier

Si en effet la densité de population peut être un handicap pour les apprentissages (famille nombreuse dans un logement exiguë exemple), on peut se poser la question du revenu fiscal médian : ce taux est calculé sur l’ensemble des habitants de la zone de recrutement du secteur et non sur les revenus des familles des élèves des écoles et collèges concernés. De plus, comme l’a rappelé le camarade de la FSU, ces calculs sont sur des déclarations datant de 2009. On sait qu’elle a été depuis l’évolution de la situation des ménages depuis … Je me suis aussi permit de préciser que d’autres critères (comme par exemple le nombre de familles suivies par l’UTAS ou le nombre de primo-arrivants dans l’établissement) auraient pu être pris en compte.

Cette nouvelle carte destinée à concentrer les moyens afin d’éviter le "saupoudrage" amènent plusieurs problèmes :

 Une école et son collège de secteur peuvent ne pas se trouver dans la même zone dessinée par ces nouveaux critères : le collège pourrait se trouver en REP et pas l’école, et inversement.

Comment est il possible de travailler correctement autour du lien école/collège lorsqu’une partie des enseignants bénéficie d’un dispositif et pas l’autre ?

 Que deviennent les écoles qui sortent du dispositif ? Elles seront placées en "vieille active", mais seulement sur demande des élus.

 Qu’en est-il des écoles qui ne sont pas situées dans un quartier prioritaire selon la politique de la ville mais qui accueillerait un fort taux d’élèves provenant de quartiers prioritaires ? Si ce taux dépasse 50%, elles pourraient obtenir le label "quartier vécu", là aussi à la demande des élus.

LA question qui fâche …

Suite au questionnement du camarade de la FSU concernant un éventuel nombre maximal d’élèves par classe, la secrétaire générale de l’Inspection Académique s’est offusquée de ma remarque précisant que l’administration ne s’engagera jamais par écrit sur ce point car elle serait dans l’obligation de le respecter et nous a répondu que de toute façon "On sait très bien qu’il n’y a aucune corrélation entre la qualité des apprentissages et le nombre d’élèves par classe. " Devant l’abondance d’arguments contraires apportés par les différents représentants du personnel, la secrétait générale s’est contentée de …. clôturer la réunion. Voilà ce qu’il en est du niveau de prise en compte de la parole des représentants du personnel.

Tout ça pour ça …

Le 17 décembre 2014 était annoncée par voie de presse la nouvelle carte de l’éducation prioritaire pour les collèges de l’Allier :

 REP

  • Collège Maurice Constantin Meyer de Cusset
  • Collège André Boutry de Lurcy-Lévis
  • Collège Emile Guillamin de Moulins
  • Collège Jules Ferry de Vichy

 REP+

  • Collège Jules Vernes de Montluçon
  • Collège Jean Zay de Montluçon


Comme le craignaient les différents représentants du personnel, ce sont les zones rurales qui sont perdantes dans cette nouvelle carte, avec la sortie du dispositif des collèges de Dompierre sur Bresbe, du Mayet de Montagne et de Tronget.

Et pour les écoles :
REP+
Secteur du collège Jean Zay (Montluçon)

  • MISTRAL
  • RACINE
  • VOLTAIRE
  • ZOLA
  • DORMOY
  • VOLTAIRE maternelle
  • ZOLA maternelle

Secteur du collège Jules Verne (Montluçon)

  • PERGAUD-PREVERT
  • DESNOS-AYME
  • CAREME

REP
secteur du collège Maurice Constantin Weyer (Cusset/Vichy)

  • LES DARCINS
  • LIANDON
  • L AUBRAC
  • P BERT
  • SEVIGNE LAFAYE
  • LES DARCINS
  • ALSACE
  • SEVIGNE LAFAYE

Secteur du collège Jules Ferry (Vichy)

  • P COULON
  • P COULON

Secteur du collège André Boutry (Lurcy Lévis)

  • COUZON
  • LE VEURDRE
  • LURCY LEVIS
  • SAINT PLAISIR
  • VALIGNY

Secteur du collège Emile Guillaumin (Moulins)

  • LES CHAMPINS
  • RIVES D’ALLIER
  • ARC EN CIEL
  • LES MIMOSAS

Les écoles qui sortent de l’éducation prioritaire :

Secteur du collège Jules Verne (Mayet de Montagne)

  • Y DUTEIL (maternelle et élémentaire)

Secteur du collège Charlotte Delbo (Tronget)

  • CHATILLON
  • NOYANT D’ALLIER

Et encore :

  • M DORMOY (maternelle et élémentaire) et A VARENNE à BELLERIVE S/ALLIER
  • A BRIAND et J RENOIR (maternelle et élémentaire) à MONTLUCON
  • LA COMETE à MOULINS
  • J PREVERT (maternelle et élémentaire à YZEURE)

Pour que l’éducation soit réellement prioritaire …
… Sud éducation revendique :

 La réduction des effectifs dans les classes.
 La reconstitution de RASED complets dans le primaire
 La création nécessaire de postes pour des personnels supplémentaires santé, sociaux et des personnels d’orientation.
 Aucune sortie d’établissements du dispositif éducation prioritaire. Dans un contexte de crise économique, la logique devrait être l’extension du périmètre. Perdre des moyens humains (AED, nombre d’élèves par classe …) est catastrophique pour les écoles et collèges concernés.
 L’intégration des Lycées généraux, technologiques et professionnels dans le dispositif.
 Le retour à la NBI (notification bénéficiaire d’indice) comptant pour la retraite, pour les établissements du second degré.
 Aucune heure supplémentaire obligatoire dans le 2nd degré (16h30 devant élèves = maxima de service).
 Le maintient de bonifications avantageuses pour les agents.

Bruno BULF, pour Sud éducation 63-03


Documents joints

compte rendu du GT éducation prioritaire du (...)
compte rendu du GT éducation prioritaire du (...)