CTA du 30 janvier 2014

samedi 8 février 2014
par  SUD Education 03

Alors qu’on nous annonçait une refondation en profondeur, refondation dont l’école aurait besoin pour pouvoir assurer pleinement l’ensemble de ses missions, la prétendue priorité à l’Education est bien décevante. Partout sur le terrain, les chiffres annoncés confirment que le budget est insuffisant, les créations de postes très inférieures aux besoins.

Dans le 1er degré, afin d’éviter d’avoir à assumer les effets concrets de l’austérité gouvernementale à quelques semaines d’un scrutin électoral, le ministre a décidé de repousser après les élections municipales les annonces précises des mesures de carte scolaire. Il n’empêche que les chiffres communiqués ne trompent personne : les 16 postes alloués à l’académie de Clermont-Ferrand sont très nettement insuffisants.

Dans le secondaire
, les beaux discours sur la « priorité à l’éducation » se heurtent dès aujourd’hui au mur de la réalité. Les tableaux que nous allons examiner lors de ce CTA nous montrent des effectifs de classes très chargés à peu près partout et, dans les établissements, la publication des Dotations Horaires Globales (DHG) inquiète fortement les personnels. Dans le cadre de « l’autonomie des établissements », la pénurie risque d’accentuer les divisions et la concurrence entre les matières et entre les collègues.

La réforme de l’éducation prioritaire était vivement attendue et, tout en actant un certain nombre d’avancées sur ce plan, SUD éducation s’ interroge sur la mise en place et l’efficacité de cette réforme qui se fera à moyens constants (la loi de finance 2014 ne prévoyant pas d’augmentation de la dotation pour le ministère de l’Éducation Nationale). De plus, là où l’école dans son ensemble a besoin de mesures pour améliorer son fonctionnement, ce plan maintient, voire accentue, la division des personnels, par exemple à travers le GRAF (Grade d’accès fonctionnel) qui permettra à une petite minorité de collègues l’accès à un grade supérieur hors échelle.
Ces politiques de division renforcées par l’octroi de primes pour quelques-unes et quelques-uns ne peuvent masquer l’absence de mesure générale de hausse des salaires, pourtant impérative.

Enfin, aucune annonce ne nous laisse espérer une amélioration des situations d’apprentissage pour les élèves et des conditions de travail pour les personnels.
Une réelle priorité à l’éducation suppose un autre budget pour l’Éducation nationale, et donc la fin de l’austérité imposée aux salarié-e-s et aux services publics.

Pour SUD éducation, il faut dès aujourd’hui : des moyens pour satisfaire les besoin, une réduction du nombre d’élèves par classe avec la définition de plafonds nationaux, des dédoublements systématiques, une augmentation des salaires, la titularisation de tou-te-s les précaires et des recrutements de titulaires à la hauteur des besoins pour toutes les catégories de personnels.

Pour finir, SUD éducation vous interpelle, madame le Recteur, sur les récentes attaques contre l’Ecole publique. Il est urgent que l’École, ait les moyens de lutter contre la diffamation nauséabonde de programme proposés dans les établissements scolaires. Ces programmes luttent contre les stéréotypes de genre, contre les discriminations sexistes et contre l’homophobie,. A la communication ministérielle nous souhaiterions que s’ajoute un soutien de proximité aux personnels par leur hiérarchie. Nous vous demandons, donc, madame le Recteur de réaffirmer votre soutien à nos collègues par un communiqué s’opposant clairement aux tentatives de l’extrême-droite de remettre en cause la laïcité, l’égalité femme-homme, fille-garçon.


Documents joints

compte rendu du CTA du 30 janvier 2014
compte rendu du CTA du 30 janvier 2014

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois